Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Gauche et droite, retour dans la course

Publié le par Nicolas CERISIER

Cela faisait des semaines que nous traînions dans le placard, enfermées, dans le noir, coincées entre une paire de rôles et un vieux sac à dos qui paraissait être là depuis des mois… Voir la lumière du jour, sentir l’air frais caressé nos cuirs, nous enfoncer dans la flaque d’eau fraîchement tombée du ciel ou nous aplatir sur le bitume chauffé par le soleil… Tout ceci n’était que vieux souvenirs et il nous semblait que jamais nous ne pourrions revivre ces doux moments…

Et puis, par un beau matin d’automne la porte du placard s’est ouverte et sans avoir le temps de comprendre ce qui nous arrivait, Droite (ma sœur jumelle) et moi (Gauche), nous sommes retrouvés toutes les deux chaussées à des pieds ! Quel moment formidable ! Et que dire de nos lacets respectifs! Ils ne se sentirent plus de joie lorsqu’ils se retrouvèrent à nouveau noués l’un à l’autre, eux qui, durant des semaines, n’avaient pu se rejoindre ! Nous jubilions à l’idée de ce qui nous attendait sans doute. A nous routes et chemins !

C’était reparti ! Effectivement, nous avions le plaisir d’être ressorti du placard plusieurs fois par semaine. On prenait l’air. Nous avions retrouvé le bitume, le tartan de la piste, l’herbe humide des matins frais, l’odeur de la terre… Pourtant, après 15 jours, il nous manquait quelque chose… Des poussées d’adrénaline ! Prendre de la hauteur, dévaler des pentes, filer à toute allure comme si nous survolions le sol !

Il y avait bien quelques tentatives d’accélération, de montées et descentes, mais bon, nous restions toujours sur notre faim et nos semelles n’en avaient jamais assez… frustration.

Petit à petit, les sorties se sont fait plus régulières, diversifiées et rythmées. Un sacré changement ! A la même époque, l’année dernière, on courait un peu partout, n’importe comment et quand on se retrouvait sur une ligne de départ on ne franchissait la ligne que tardivement ou pas du tout… là, c’était différent, c’était structuré, réfléchi. D’en bas, on entendait parler de VMA, de Nicolas, de fréquence cardiaque, d’alimentation, d’étirements, de renforcement musculaire, etc. Et cela a duré 8 semaines. Ah, on s’est bien amusé ! Un vrai kiff de running !

Gauche et droite, retour dans la course

Et puis au bout des 8 semaines, on l’a vu… Elle était là, bien rectiligne, bien blanche, presque parfaite… Une nouvelle ligne de départ !

Gauche et droite, retour dans la course

Je vous passe la séquence émotion et le frétillement des lacets, ce serait trop difficile à expliquer, et les mots me manquent, je ne suis qu’une modeste petite chaussure qui court toujours à gauche… je me demande ce que cela fait de courir à droite ?? Enfin, ceci est un autre sujet, je m’égare.

Quoiqu’il en soit, ce jour là, lorsque le signal du départ a retentit, on n’a pas trainé. Allez, hop, Droite, Gauche, Droite… jamais je n’ai vu Droite passer aussi vite à côté de moi ! J’ai suivi le rythme. Et à la clé un record de vitesse pour nous deux ! On a fêté ça en profitant des rayons du soleil, le nez au vent, en terrasse, les lacets bien détendus pour profiter au maximum de l’air frais de la saison… Heureuses !

Ce record reste très modeste par rapport à la majorité des paires de chaussures qui courent, mais bon, on progresse !

Nos amies les chaussettes nous on dit que ça allait continuer… on croise nos lacets !

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>