Principes physiologiques de la contraction isométrique

Publié le par Nicolas CERISIER

L'iso hors norme

Qu’est-ce que l’isométrique ? Un petit détour étymologique vaut parfois mieux que de grands discours. Quoique… l’un n’empêche pas l’autre ! Iso : égal. Métrique : mesure. Le travail en isométrique correspond donc à une contraction musculaire au cours de laquelle la longueur du muscle reste identique un certain laps de temps, les leviers osseux n’étant pas mobilisés. Ce mécanisme physiologique ne fait pas partie de la norme du coureur, dont le corps est en perpétuel mouvement.

Fort comme la mort

Sur le plan musculaire, toute contraction nécessite l’activation de ponts actine-myosine, comme le montre le schéma ci-dessous. 

Principes physiologiques de la contraction isométrique

Cycle des interactions entre actine et myosine au cours d'une contraction musculaire

En résumé, lors d'une contraction musculaire, des liaisons entre les filaments de myosine (filaments épais) et les filaments d’actine (filaments minces) doivent se créer. Soit pour raccourcir le muscle : on sera alors en présence d’une contraction concentrique. Soit pour résister à son allongement, comme c’est le cas lors de la contraction excentrique. Mais une 3ème voie s’offre au travail musculaire : la contraction isométrique. Dans cette dernière, les ponts actine-myosine se font et se défont au même endroit, à l’image du schéma ci-dessous. 

Principes physiologiques de la contraction isométriquePrincipes physiologiques de la contraction isométrique

Ce processus nécessite de l’énergie (ATP). Il diffère en cela de la rigidité cadavérique liée à une formation permanente des ponts actine-myosine qui elle, ne consomme pas d’ATP.  

Suite : l'entrainement isométrique autour du trail

Retour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article